Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Papi Cathia

Jeudi 5
Education et apprentissage
Usages des Tices - discutant : Jérôme Valluy
› 8:30 - 9:00 (30min)
› Amphi 200
Un objet de recherche en SIC dans l'espace éducatif : l'ENT peut-il favoriser l'intégration universitaire ?
Cathia Papi  1@  , Thierry Gobert  2@  
1 : Centre Universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique Epistémologie et Sciences Sociales  (CURAPP ESS)  -  Site web
CNRS : UMR7319
Faculté de Droit et de Science Politique Pôle Universitaire Cathédrale 10, Placette Lafleur BP 2716 80027 AMIENS Cedex 1 -  France
2 : Voyage Echanges Confrontations Transformations  (VECT)  -  Site web
équipe mixte
52 Avenue Paul Alduy, 66100 Perpignan -  France

1. Contextualisation. Les ENT : une rupture dans l'action publique

Depuis 1998, le Programme d'Action Gouvernemental pour l'entrée de la France dans la Société de l'Information (PAGSI) est présenté comme s'inscrivant dans une approche générale. À l'époque, il s'agit effectivement de développer le réseau Internet et de rompre avec les anciennes politiques d'expérimentation : « aux actions ciblées sur certains secteurs ont succédé des actions tous azimuts, aux communications plutôt territorialisées a succédé une communication généralisée. » (Thibault, 2007, 10) Ainsi, à partir des années 2000 et notamment suite aux appels à la création de campus numériques, différents dispositifs d'intégration des TIC dans l'éducation sont mis en œuvre tels que les Environnements Numériques de Travail (ENT).

Créés à partir de 2002, les ENT constituent une particularité française en ce sens qu'ils s'inscrivent dans un schéma directeur (Voulgre, 2010). L'ENT y est désigné comme « un dispositif global fournissant à un usager un point d'accès à travers les réseaux à l'ensemble des ressources et des services numériques en rapport avec son activité. Il est un point d'entrée pour accéder au système d'information de l'établissement ou de l'école » (MENR, 2004, 4). Il est porté par un « principe de neutralité commerciale et de substitution de la responsabilité de l'Etat à celle des équipes pédagogiques » (MENR, 2004, 54).

2. Questionnement. Les ENT, un dispositif communicant d'intégration ?

La place des TIC étant de plus en plus importante dans les sociétés postmodernes, les ENT visent la « modernisation de l'enseignement supérieur ». Ce faisant, ils semblent favoriser une meilleure adaptation de l'université aux étudiants, généralement habitués à utiliser les TIC. Il est donc légitime de se demander si l'emploi d'un tel dispositif, proche des outils déjà manipulés par les « clients » de l'université, permettrait de favoriser l'intégration des primo entrants.

En effet, depuis un demi-siècle, avec une massification de l'université s'accompagnant de la diversification de son public, est apparu un problème de décrochage ou d'abandon notamment des étudiants en première année qui éprouvent des difficultés à s'insérer et adopter les modes de fonctionnement de leur nouvel environnement (Braxton, 2004 ; Beaud, 2008 ; Romainville et Michaut, 2012).

L'ENT n'est pas envisagé ici comme un remède à ces abandons car s'y connecter implique déjà un certain engagement. Il est plutôt perçu comme un moyen potentiel de resserrer les liens entre les primo-entrants et l'université grâce à l'accès facilité aux ressources utiles et la possibilité de communiquer avec l'environnement humain de l'établissement. Nous posons donc comme hypothèse de cette recherche que l'ENT, lien commun à l'ensemble des acteurs de l'université, est susceptible de renforcer les échanges entre les étudiants et leur milieu d'étude.

3. Approche méthodologique. Les ENT, un objet d'étude en SIC

Bien que l'ENT s'inscrive également dans le champ de l'éducation, nous privilégierons une approche SIC en ce sens où cette dernière propose une démarche critique associant des recherches sur les technè, les praxis, les relations aux outils et les savoir-faire pratiques en interrogeant les « enjeux relationnels liés à la médiation technique et à la communication médiatisée » (Meunier, Peraya, 2004). Nous ne nous intéresserons effectivement pas tant aux pratiques didactiques ou pédagogiques qu'aux usages et significations d'usage des dimensions informationnelles et communicationnelles de l'ENT par les étudiants.

En effet, « l'essentiel n'est pas la transmission mais la communication, c'est-à-dire le partage d'un minimum de valeurs pour accepter de débattre et de partager ce qui est reçu » (Wolton, 2009, 135). L'équipement n'est pas synonyme d'usage et d'ailleurs, les usages prévus correspondent rarement aux usages réels. Les usages sociaux correspondent ici aux « modes d'utilisation se manifestant avec suffisamment de récurrence, sous la forme d'habitudes relativement intégrées dans la quotidienneté, pour être capables de se reproduire et éventuellement de résister en tant que pratiques spécifiques ou de s'imposer aux pratiques culturelles préexistantes » (Lacroix, Moeglin et Tremblay, 1992, 244). Les significations d'usage sont entendues comme « le sens et les valeurs attribués par l'utilisateur au nouvel objet qui lui est proposé dans sa vie quotidienne» (Mallein et Tarozzi, 2002, 64). Sachant que « pour l'utilisateur, les significations d'usage sont positives si le nouvel objet communicant est assimilable dans ses savoir-faire, intégrable à ses pratiques quotidiennes, appropriable à son identité, adaptable à son environnement social, privé ou professionnel » (Mallein et Tarozzi, 2002, 64), nous chercherons à voir dans quelle mesure des usages de l'ENT peuvent s'inscrire dans les pratiques préexistantes de travail scolaire des nouveaux étudiants tout en favorisant la transition vers des modes de fonctionnement plus universitaires.

Tandis que de nombreux travaux portant sur les ENT sont fondés sur une comptabilisation des connexions rendant difficile la mesure de tout impact (Bruillard, 2011), afin d'éclairer cette question, nous analyserons les résultats d'un questionnaire auquel ont répondu 1400 étudiants inscrits en première année dans les différents cursus proposés par l'Université de Picardie en 2012-2013 et 2013-2014. Les réponses fournies par les étudiants seront traitées par le logiciel Modalisa sous forme de tris simples et de tris croisés. Ces données seront complétées par celles résultant d'une dizaine d'entretiens semi-directifs menés auprès d'étudiants. 

4. Premiers résultats. Des usages influencés par diverses variables.

Alors que 85% des étudiants estiment l'ENT utile voire indispensable, nous présenterons, dans un premier temps, les usages déclarés des différents services proposés par l'ENT en termes de fréquence et types d'usages. Dans un second temps, nous interrogerons les « motifs d'usages » (Perriault, 1989 ; Chambat, 1994 ; Jauréguiberry et Proulx, 2011 ; Papi, 2014) et de non-usages (Boutet et Tremembert, 2009 ; Kellner, Massou et Morelli, 2010 ; Gobert, 2006). Mettant ainsi en évidence les facteurs susceptibles d'influer sur les usages de l'ENT par les étudiants, nous ouvrirons la réflexion sur l'une des variables clés : les usages pédagogiques de l'ENT par les enseignants que nous pourrons envisager aux regards des questions sur les usages enseignants des TICE ainsi qu'à ceux des travaux portant sur les usages des ENT (Genevois et Poyet 2010) et du numérique (Guir, 2002 ; Barbot et Massou, 2010) par les enseignants.

Références

Barbot, M.-J. et Massou, L. éd. (2010). « TIC et métiers de l'enseignement supérieur », Questions de communication, série actes (14).

Beaud, S. (2008). Enseignement supérieur : la « démocratisation scolaire » en panne, Formation emploi (101), 149-165.

Boutet, A. et Trementbert, J. (2009). « Mieux comprendre les situations de non-usages des TIC. Le cas d'Internet et de l'informatique. Réflexions méthodologiques sur les indicateurs de l'exclusion dite numérique », Les cahiers du numérique 5(1), 69-100.

Braxton J. M. (2004). Reworking the Student Departure Puzzle. Nashville : Vanderbilt University Press.

Bruillard, E. (2011). Le déploiement des ENT dans l'enseignement secondaire entre acteurs multiples, dénis et illusions, Revue française de pédagogie (177), 101-130.

Chambat, P. (1994). Usages des technologies de l'information et de la communication, Technologies et société 3(6), 249-270.

Dacheux, E. (2009). « Les SIC, approche spécifique d'une recherche en communication mondialisée », Sciences de l'information et de la communication, Paris: CNRS éditions, 9-36.

Genevois, S. et Poyet, F. (2010). « Espaces numériques de travail et « école étendue », vers un nouvel espace-temps scolaire ?, Distances et savoirs 8(4), 565-583.

Gobert T. (2006). « SIC et politiques publiques des technologies de l'information : attentes, représentations », 15e congrès de la SFSIC, Bordeaux.

Guir, R. (2002). Pratiquer les TICE. Former les enseignants et les formateurs à de nouveaux usages, Bruxelles : De Boeck.

Jauréguiberry, F. et Proulx, S. (2011). Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse : Erès.

Kellner, C. Massou, L., Morelli, P. éd. (2010). Questions de communication (18).

Lacroix, J-G. ; Moeglin P. et Tremblay G. (1992). « Usages de la notion d'usages ». Les nouveaux espaces de l'information et de la communication, actes du colloque INFORCOM, pp. 239-248. 

Mallein, P. et Tarozzi, S. (2002). « Des signaux d'usage pertinents pour la conception des objets communicants », Les Cahiers du numérique, 3(4), 61-70.

MENR, (2004). Schéma Directeur des Espaces numériques de Travail, [http://eduscol.education.fr/chrgt/SDET-v1.pdf].

Meunier, J.-P. et Peraya, D. (2004). Introduction aux théories de la communication, Bruxelles : De Boeck.

Papi, C. (2014). Formation à distance. Dispositifs et interactions. Londres : ISTE / Hermes.

Perriault, J. (1989). La logique de l'usage, Paris : Gallimard.

Romainville, M. et Michaut, C. (eds.) (2012). Réussite, échec et abandon dans l'enseignement supérieur. Bruxelles : De Boeck.

Thibault, F. (2007). « Campus numérique : archéologie d'une initiative ministérielle », Études de Communication, http://edc.revues.org/index546.html.

Voulgre, E. (2010). « Espace numérique de travail en collège » Étude sur la formation des enseignants, Distances et savoirs 8(4), 585-600.

Wolton, D. (2009/2004). L'apport des sciences de l'information et de la communication. In E. Dacheux, Les sciences de l'information et de la communication, Paris : CNRS éditions, 133-142.


Personnes connectées : 1