Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Boutaud Jean-Jacques

Mercredi 4
Société
Décrire et penser les NTIC - discutante : Brigitte Juanals
› 13:30 - 14:00 (30min)
› Salle 220
Le crowdsourcing : problématisation sensible autour d'une mise en forme du lien communautaire
Jean-Jacques Boutaud  1@  , Olivier Galibert  1@  , Nicolas Peirot  1@  
1 : CIMEOS  (CIMEOS)  -  Site web
Université de Bourgogne : EA4177
36 rue Chabot-Charny, 21000 Dijon -  France

Le Crowdsourcing : problématisation sensible autour d'une mise en forme du lien communautaire

 

Problématique

De quelle(s) manière(s) les dispositifs de crowdsourcing contribuent-ils à mettre en place de nouvelles formes de sociabilités collaboratives en ligne qui relèvent de la dimension sensible en SIC ?

Qu'il s'agisse de vélos en libre-service, de petites annonces en ligne ou encore de couchsurfing, il est aisé de constater le développement de la consommation collaborative[1]. La consommation n'est cependant pas le seul domaine à être touché par la « vague collaborative ». C'est également le cas en matière de création, comme on le constate avec le « crowdsourcing ».

1) Objet

Le « crowdsourcing » (néologisme issu de « crowd » et de « outsourcing ») connaît un véritable boom depuis la fin des années 2000. Un engouement confirmé par le chiffre d'affaire du secteur : 300 millions de dollars[2] en 2011 aux Etats-Unis.

Le crowdsourcing s'impose donc comme une nouvelle forme de création collaborative en ligne, et donc comme une nouvelle forme de relation entre internautes et organisations qui appelle de nouvelles formes d'énonciation, de rôles, d'objets, de codes, d'espaces...

C'est cette irruption du sens, voire des sens dans la thématique du crowdsourcing qui a été à l'origine de la collaboration entre le CIMEOS, laboratoire reconnu pour son « approche sensible » en SIC et la PME J.P. Gruhier, fabricante de mobilier domestique.

Une année d'exploration du lien communautaire en ligne au prisme de « l'approche sensible », formalisée sous le titre « Sociabilité dans les dispositifs de création collaborative en ligne (le cas du design de meubles) ». Une année à ouvrir ce qui pourrait prochainement constituer une véritable « approche sensible du lien communautaire en ligne ».

2) Référence théoriques

Ce sujet s'inscrit dans un croisement disciplinaire, propre aux sciences de l'information-communication (B.Miège). Une interdiscipline qui, sous l'obédience de la communication, relève aussi de la culture organisationnelle, de la sémiotique et de la sociologie.

Le cadre théorique s'appuie en premier lieu sur la recherche en matière d'innovation relationnelle et notamment sur le paradigme de « l'open-innovation » (H.Chesbrough, 2003), complété par des contributions plus récentes tendant à intégrer plusieurs processus intermédiaires entre le système de H.Chesbrough et la réalité des organisations[3] : co-création, crowdsourcing...

Quant à ce dernier terme nous nous appuyons sur la définition qu'en donne Jean Fabrice Lebraty[4]

Cet état de l'art démontre combien la recherche à propos de la collaboration en ligne a été jusqu'ici circonscrite à la mesure de la valeur ajoutée produite (du fait d'une demande forte de réponses opérationnelles de la part des organisations).

Cependant dans un contexte où les organisations ne sont plus « mécaniques » mais bien « culturelles » (E.Schein[5]), il apparaît désormais nécessaire de s'intéresser, au-delà de la valeur marchande, à la dimension communautaire et sociale, tout particulièrement dans le champ de compétences des sciences de l'information et de la communication : dispositifs, échanges, identités, opérativité symbolique ou agentivité.

Nous nous proposons d'approfondir la dimension communautaire du sujet en l'ouvrant sur le lien social-sensible, déjà exploré par la sociologie et l'anthropologie. Cela passe dans un premier temps par une référence aux « modalités esthétiques de la fonction sociale » de Gilles Lipovetsky[6], comme au lien dressé entre « manière d'être et relation à l'espace et aux temps » de François Laplantine[7].

Ceci sans oublier les SIC, qui constituent bien évidemment un autre point d'ancrage théorique capital en matière de socialisation en ligne. Notamment en ce qui concerne ses modalités anti-utilitaristes (Olivier Galibert, 2003, 2005). Cette grammaire sensible est complétée par son pendant sémiotique à traves la spatialisation du sensible proposée par Jean-Jacques Boutaud[8] ou via la socio-sémiotique d'Eric Landowsky, entre question de goût et sociabilité[9].

Une « trajectoire sensible » afin d'établir en termes de production comme dans les usages de nouvelles modalités esthétiques, techniques et symboliques.

3) Méthodologie

En juillet 2012, la société J.P. Gruhier, numéro deux français des canapés pliants à structure métallique, passe commande d'une étude auprès du laboratoire CIMEOS sur la thématique de « la conception de meubles assistée par l'usage ».

Les trois enjeux auxquels répond ce projet démontrent bien combien il est pertinent pour une exploration sensible du lien communautaire :

- Fédérer des communautés qui disposeront de leur culture pour développer de nouvelles sensibilités à l'égard du mobilier,

- Développer de nouvelles offres de contenus en ligne, de nouveaux espaces de créativité,

- Et se réaffirmer dans un secteur où le pouvoir est du côté de grands distributeurs (Fly, Ikea, But ...).

Ce travail a permis de répondre à une problématique centrale via la rédaction d'un cahier des charges pour la création d'un dispositif de « crowdsourcing sensible »:

 

Dans quelle(s) mesure(s) et sous quelle(s) forme(s) la collaboration
avec les communautés virtuelles peut-elle permettre
de renouveler la conception de meubles ?

 

Afin d'y apporter une réponse, nous avons adopté une approche pragmatique. Une manière d'offrir des réponses applicatives à la société J.P.Gruhier, mais également parce que nous pensons que c'est par la recherche appliquée que nous obtiendrons des résultats pertinents dans un univers qui mute rapidement :

- Etat de l'art de l'open-innovation

- Puis construction d'un corpus de dispositifs de crowdsourcing à suivre. Ce travail d'observation nous a permis de dresser une grille « d'objectivation », construite autour de critères discriminants en matière d'open-innovation.

- Après confrontation du benchmarking avec la littérature universitaire : rédaction d'un guide sensible de gestion du lien communautaire

- Et enfin : ateliers autour des objectifs assignés au design collaboratif pour J.P.Gruhier. Une réflexion qui a abouti à une problématique permettant de construire notre cahier des charges : « Comment reconnecter J.P. Gruhier à ce qui fait l'essence de ses produits ; les foyers et leurs utilisateurs ? »

Par ailleurs, l'ensemble des réflexions menées autour de « l'innovation relationnelle » a fait émerger l'importance de la question de l'identité de marque et conduit à l'élaboration de la plateforme de marque de J.P.Gruhier.

 4) Plan de la communication

1) Vers une société collaborative ?

a. Un contexte économique propice à l'éclosion de nouvelles formes de collaboration

b. Une économie collaborative ?

c. Le web social, ou l'avènement des effets de réseau

2) Le community management comme démarche d'instrumentalisation d'un lien social sensible sur les plateformes d'open-innovation

a. D'une « intelligence protectrice » à une « intelligence collective »

b. Le paradigme de l'open-innovation et ses formes

c. Le lien communautaire au prisme de « l'expérience sensible »

3) Un dispositif de « crowdsourcing sensible » pour l'entreprise J.P.Gruhier

a. Retour sur l'étude du CIMEOS pour J.P.Gruhier

b. Le crowdsourcing et la question de l'identité de marque

c. Perspectives : « Pour une approche sensible du lien communautaire dans le champ des SIC ».

 


[1] R.Algar, Leisure Report, avril 2007

[3] P.Erkinheimo et K.Harjanne, Idea Crowdsourcing at Nokia, 12 month wiser, 2012

[4] J-F. Lebraty, Vers un nouveau mode d'externalisation : le crowdsourcing, 2007, « une externalisation par une organisation, via un site web, d'une activité auprès d'un grand nombre de personnes d'individus dont l'identité est le plus souvent anonyme »

[5] E. Schein, Organizational culture and leadership, 2006

[6] G.Lipovetsky, L'empire de l'éphémère, 1987

[7] F.Laplantine, Le social et le sensible, introduction à une anthropologie modale, 2005

[8] J-J. Boutaud, Du sens, des sens. Sémiotique, marketing et communication en terrain sensible, 2007

[9] E.Landowsky, Sémiotique gourmande: du goût, entre esthésie et sociabilité, 1998



  • Présentation
Personnes connectées : 4