Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Petrova Lilyana

Jeudi 5
Société
TIC, culture et mutations sociales - discutant : Vincent Meyer
› 17:00 - 17:30 (30min)
› Salle 220
« Hack » Le Petit Poucet : pratiques de communication géolocalisées à l'ère des dispositifs mobiles
Lilyana Petrova  1@  
1 : Laboratoire Langages, Littératures, Sociétés (LLS)  -  Site web
Université de Savoie

 

Lors de l'apparition et de la démocratisation des dispositifs mobiles de communication avec l'iPhone (2007), l'Androide (2008) et les objets connectés, toute une nouvelle perspective se dessine devant les sciences de l'information et de la communication. Depuis vingt ans l'internet intervient sur les modes de communication et suscite bien des questionnements sur des notions telles que la présence, la distance (Weissberg 1999), l'espace (Baude 2012) et l'ubiquité des communicants. Dans ce contexte, les dispositifs mobiles deviennent omniprésents et imprègnent le quotidien du citoyen contemporain de flux informationnels, de présences à distance, d'images augmentées. Les techniques sortent de leur cadre-écran pour s'accrocher à des références réelles, telles que le corps des usagers, les objets, l'espace de la ville. Ainsi, en plus de rendre floues les frontières entre les différents espaces (urbains, publiques et privés, professionnels et personnels, intérieurs, visuels), les outils numériques mobiles interviennent sur nos manières d'être ensemble et de communiquer.

Il nous paraît important de s'attarder sur ces questions et les nouvelles problématiques que ces dispositifs mobiles apportent pour les sciences de l'information et de la communication. Leur présence transforme le rôle de l'espace, qui n'est plus de servir de référent où se jouent des échanges culturels (Oldenburg 1997), ni d'être uniquement l'endroit de passage de ces technologies, un non-lieu (Augé 1992). Plutôt, l'espace apparaît en tant qu'un point sensible, croisement de mobiles (De Certeau 1980) qui participe activement dans le processus communicatif.

 

Proposition d'études mobiles:

A présent il convient de définir comment l'inclusion de la notion de mobilité apporte de nouvelles perspectives sur nos modes de communication au sein de ces espaces multiples. Nous proposons d'étudier précisément à l'impact de la géolocalisation embarquée sur notre manière d'interagir. Les exemples d'applications sont multiples : Waze permet la construction participative d'une carte de la ville ; Glimpse a une fonction purement informative de la position ; Tinder intervient sur les rencontres intimes, en se basant sur la localisation. Le point de présence du corps devient point de référence pour la communication.

Néanmoins, ce point géolocalisé n'est pas seulement un récepteur dans lequel pénètrent des informations multiples pour produire un message. La présence corporelle interagit directement et dans l'immédiat avec un interlocuteur corporel lui aussi, elle communique. Par l'usage de la technique naissent ces «rapports à la simulation de la présence humaine comprenant ses dimensions à la fois langagière et corporelle » (Weissberg 1999). Parallèlement, la présence devient signe d'un corps à la fois présent et représenté, elle « assigne une signature invisible à un comportement informationnel » (Merzeau 2009, p.32-33) – signe de la position actuelle. Ainsi, la présence géolocalisée devient une trace immédiate qui se «colle à un corps non détachable et non technique » (Merzeau 2009, p.31). Celle-ci (la trace) devient la face sensible de la communication en situation de mobilité, un noeud névralgique articulant corps-présent, corps-passé et corps-futur. Avec les techniques de géolocalisation, les points de passage deviennent des actes de communication et ces nouveaux horizons du paysage communicatif détiennent des impacts d'ordre social considérables.

Ainsi nous interrogeons-nous sur ces modes d'échange géolocalisés et nous posons la question suivante: comment la présence corporelle à un point spatial se transforme-t-elle en pratique de communication ? Il ne s'agit pas de décrire les pratiques de partage de position géographique, ni l'usage de la géolocalisation comme un espace marchand. Il s'agit plutôt de remettre en question le statut de la position du corps et celui du changement de position dans le processus de communication. Aussi, le corps se métamorphoserait-il en message par sa présence géolocalisée, ou bien serait-ce l'espace qui reprend la parole à l'aide de cette même technique? Nous baserons nos observations sur la trame de recherches précédentes telles que :

  • Les études de Christian Licoppe sur la mobilité et son impact sur la communication (Licoppe and Zouinar 2009) ;

  • L'introduction de la notion de corps communiquant par Fabienne Martin-Juchat (Martin-Juchat 2008) ;

  • Le lien théorisée entre la communication mobile et la société par Manuel Castells (Castells 2007);

  • Les études de Adriana de Souza e Silva sur les interfaces mobiles en espace public (de Souza and Sutko) ;

  • Les questionnements de Louise Merzeau sur le statut de la trace numérique (Merzeau 2009)

Ces études montrent comment avec les technologies mobiles nos pratiques de faire usage de l'espace se rapprochent à des actes performatifs. Le communicant se situe dans « un espace et surtout un temps qui débordent largement l'ici et maintenant de la parole » (Denis 2006). La signature invisible se matérialise sous la forme de corps en déplacement. Le faite d'être présent à un point spatial devient communication.

 

La pratique du « hack » dans le jeu géolocalisé Ingress :

Afin de lancer notre réflexion sur le sens de la mobilité communiquante nous présenterons ici un pan de notre étude consacrée aux pratiques numériques en situation de mobilité (thèse en préparation, Petrova 2015). L'objet de notre choix se limitera aux pratiques de « hacking » dans le jeu de réalité alternée Ingress. Ce jeu, réservé au téléphone mobile, divise le monde en deux équipes opposées qui se disputent un territoire (la carte du monde augmentée par une couche imagée). Dynamique et évolutif, Ingress provoque le déplacement, les rencontres, les échanges de connaissances et d'idées stratégiques. Faire un « hack » est l'action permettant aux joueurs d'intervenir virtuellement sur l'interface cartographique de l'application, la condition étant d'être présent physiquement sur le point spatialement géolocalisé. Par cette étude, nous observeons comment cette simple technique se transforme en une pratique de communication.

Notre méthode de recherche s'appuie sur les méthodes mobiles et visuelles des chercheurs anglo-saxons (Büscher, Urry, and Witchger 2009). En tant que joueur, participant au sein de la communauté Ingress Elightened (Curitiba et Sao Paulo) nous avons conduit des entretiens filmés, auxquels trente joueurs ont pris part. Toutes nos interventions ont été enregistrées et constituent des discussions collectives ( à l'image des focus groupes) sur le sens du « hack ». Les traces des parcours des participants ont été enregistrées pour rendre visible l'impact de ces points sensibles sur le déplacement du corps dans l'espace urbain. Enfin, un traitement de toutes ces images permet la visualisation des résultats.

 

Plan de communication :

 

Avec en ligne de mire la présentation de nos études lors du congrès de la SFSIC, nous proposons le plan de communication suivante :

  • Premièrement nous introduirons nos études par une lecture analogique du conte de Charles Perrault « Le petit poucet ». Celle-ci posera avec légèreté le fond de nos questionnements sur la présence corporelle dans l'espace. Abordera les réflexions sur le déplacement, la trace et la mémoire de l'espace en soulignant leur statut informationnel et communicatif.

  • Sera produit ensuite un état de l'art soulignant les brèches dans la recherche actuelle sur le sujet, telles que l'analyse de la trace géolocalisée.

  • La problématique ainsi dessinée sera développée par la présentation de notre objet de recherche – le « hack » dans le jeu Ingress. Nous expliquerons la technique de cette application et l'appropriation de la pratique du « hack » par les usagers.

  • Nous ne manquerons pas de présenter nos méthodes scientifiques et d'expliquer les résultats obtenus. Un accent sera posé sur la méthodologie adaptée à ces terrains mobiles qui appartiennent à notre sujet.

  • Enfin, et à la lumière des étapes précedentes, nous proposerons certains axes d'analyses, et nous ouvrirons la porte à une plus large discussion autour du sujet de la mobilité communiquante.

 

Références bibliographiques:

 

Augé, Marc, 1992, Non-Lieux: Introduction À Une Anthropologie de La Surmodernité, Paris, Éditions du Seuil.

Baude, Boris, 2012, Internet : Chager L'espace, Changer La Société, Paris, FYP Editions.

Büscher, Monika, John Urry, and Katian Witchger, 2011, Mobile Methods, New York, Routhledge.

Castells Manuel, 2007. Mobile Communication and Society. A Global Perspective, Cambridge MA, MIT Press.

De Certeau, Michel, 1980, L'invention Du Quotidien : Arts de Faire, Paris, Gallimard.

Denis, Jérôme, 2006, “Les Nouveaux Visages de La Performativité”, Études de Communication (29): 7–24.

De Souza, Adriana, and Daniel M. Sutko, 2011, “Theorizing Locative Technologies Through Philosophies of the Virtual”, Communication Theory (21): 23–42.

Licoppe, Christian, and Moustafa Zouinar, 2009/4, “Les usages avancés du téléphone mobile”, Réseaux (156): 292.

Martin-Juchat, Fabienne, 2008, Le Corps et Les Médias. La Chair Éprouvée Par Les Médias et Les Espaces Sociaux, Bruxelles, Groupe De Boeck.

Merzeau, Louise, 2009, “Du Signe À La Trace”, Médium (18): 21–36.

Oldenburg, Ray, 1997. The Great Good Place: Cafés, Coffee Shops, Bookstores, Bars, Hair Salons, and Other Hangouts at the Heart of a Community. Boston, MA: Da Capo Press.

Weissberg, Jean-Louis, 1999, Présences À Distance Déplacement Virtuel et Réseaux Numériques : Pourquoi Nous Ne Croyons plus La Télévision, Paris, L'Hermattan, http://hypermedia.univ-paris8.fr/Weissberg/presence/presence.htm#table

 

 

 

 

 


Personnes connectées : 1