Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Gawin Geoffroy

Vendredi 6
Arts et création
discutant : Daniel Raichvarg
› 8:30 - 9:00 (30min)
› Salle 225
Etude info-communicationnelle des témoignages au sein de musées de la Résistance : présentiel versus dispositifs techniques audiovisuels
Geoffroy Gawin  1@  , Alain Lamboux-Durand  2@  
1 : Groupe d'Etudes et de Recherche Interdisciplinaire en Information et Communication  (GERIICO)  -  Site web
Université Lille III - Sciences humaines et sociales : EA4073
2 : Laboratoire De Visu
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis

Cadre de l'exposé

Suite à la disparition des derniers témoins de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux musées dits de la Résistance remettent à plat leurs espaces d'exposition. Dans ce mouvement, ils constituent des expôts qui semblent s'affilier à des anciens résistants contraints de cesser leur pratique testimoniale. La communication propose de questionner la possibilité même de succéder aux médiations auxquelles ces témoins prenaient part. Le regard se portera plus particulièrement sur un type d'expôt particulier que nous désignerons par « borne testimoniale ». Sous ce vocable, il s'agit de considérer des dispositifs de diffusion de vidéogrammes (interactifs ou pas) situés dans une exposition et qui mettent le visiteur en rapport avec un ou plusieurs enregistrements vidéo du témoin et quelques objets le concernant

Dans cette communication, le choix de rattacher ces bornes à des témoins provient d'une tendance constatée chez les conservateurs, les médiateurs et les chercheurs à mettre intuitivement ce type d'expôt en continuité avec la parole présentielle des témoins. Le développement questionnera donc le bien-fondé d'un tel parti. A travers ce dernier se dressent différents enjeux pour les sciences de l'information et de la communication et pour les musées. Est-ce que les TIC apportent de nouveaux moyens pour traverser la période qui est convenue d'appeler le « passage de la mémoire à l'histoire » (Douzou, 2010) ? Les SIC et les TIC offrent-elles de nouveaux modes de croyance en une possible survivance de personnes disparues au travers de médiations s'appuyant sur des bornes, des possibilités effectives de restituer des médiations réalisées par des témoins disparus ? Quelles perspectives offrent les SIC pour étudier ces questions ? Comment les SIC permettent-elles de penser un lien entre un témoignage oral réalisé en personne et une médiation reprenant des captations audiovisuelles de ce témoignage ?

Pour aborder ces points la communication s'appuiera sur les acquis de la médiation culturelle, (Chaumier et Mairesse, 2013). Elle permettra d'aborder la question de la complémentarité des objets et des témoignages (Gellereau, 2012), et de penser la place des bornes dans l'exposition (Chaumier, 2012), dans le musée et dans l'ensemble du contexte mémoriel dans lequel ce dernier se situe (Wieviorka, 2002). Les travaux menés par Béatrice Fleury et Jacques Walter sur les carrières testimoniales (Walter et Fleury, 2012) et les distinctions qu'elles invitent à établir entre les trajectoires des témoins et des témoignages seront également mobilisés. L'intervention situera par ailleurs les bornes et leur réalisation dans un processus patrimonial (Davallon, 2006) afin de comprendre d'où elles tirent leur légitimité. Enfin, une approche interactionniste (Goffman, 1991) sera adoptée pour comparer les expériences (Montpetit, 2005) entre des collégiens assistant à des témoignages et de visiteurs d'expositions proposant des témoignages au travers de bornes.

L'analyse présentée reprendra des observations et des enregistrements réalisés lors d'une enquête (Gawin, 2012) sur les témoignages tenus par d'anciens résistants devant des classes de collégiens dans trois musées1. Des observations et des résultats obtenus dans le cadre du projet TEMUSE 14‑45 (Gellereau, 2013) seront également repris, en particulier partagés sur la méthodologie d'enregistrement (Lamboux-Durand et Bouchez, 2013) au regard des éléments pertinents de mémoire à sauvegarder (Smolczewska-Tona et al., 2012), adoptée lors de la valorisation audiovisuelle du témoignage d'un ancien résistant au musée de la Résistance de Bondues2. Cette expérience enrichira le dispositif de recueil de données d'une observation située et participante. Des bornes existantes et espaces d'exposition seront évoqués et pris en compte selon une attitude expérientielle. Cela concernera notamment des musées situés à Compiègne, Grenoble, Vassieux-en-Vercors, ainsi que le CHRD de Lyon et les musées de la Résistance de Bondues et de Nantua. Concernant ces trois derniers musées, l'expérience des visiteurs sera aussi perçue au travers d'entretiens compréhensifs semi-directifs menés auprès de conservateurs et de chargés de médiation. Ces entretiens nous ouvrirons également au sens que ces responsables accordent aux réalisations auxquelles ils participent.

Présentation

La présentation s'appuiera sur l'analyse des données précédentes afin de mettre en parallèle deux expériences : celle de la visite de classes de collégiens qui assistent à un témoignage, et celle de la visite - par des collégiens ou d'autres types de visiteurs - d'espaces munis de bornes. Ce parallèle mettra en écho certains moments des visites avec certains aspects des médiations qui s'établissent entre les visiteurs et le passé des témoins.

Le premier aspect abordé sera le contexte et la préparation de l'interaction entre le témoignage et le visiteur. La sollicitation d'un témoin par un enseignant et les éléments intériorisés par les collégiens avant la visite seront opposés à la sélection et le mode de circulation des extraits vidéo accessibles dans les bornes et les choix des métadonnées qui les indexent.

La mise en regard se poursuivra sur les modalités de rencontre entre les interactants au sein du musée. Dans une perspective très large englobant l'ensemble du musée, l'accessibilité au témoin ou à la borne et aux vidéos qu'elle contient sera analysée à l'aune de l'accompagnement des visiteurs - collégiens ou non - par le musée.

Ces considérations permettront de s'interroger sur le type de relation qui s'établit, et sur la façon dont se construit l'échange et sur ce qui le constitue. Cette perspective nous conduira par exemple à tenter d'envisager ce qui se véhicule de part et d'autre, dans la borne, chez les collégiens, chez les médiateurs et chez les anciens résistants, à la manière par exemple dont ces derniers s'adaptent à leur auditoire.

Enfin, le regard s'élargira et s'intéressera à ce qu'apporte au visiteur l'expérience ainsi vécue. Le temps long que met en jeu le témoignage (Gawin, 2013) sera comparé aux durées qui sont prises en compte dans la conception des bornes et des expositions.

Tout ce parallèle rappellera que dans les expositions sans présence physique du témoin, les traces de témoignages demeurent des documents. Il permettra de conclure que dans les médiations, le passage de la mémoire à l'histoire au travers des TIC se traduit par un type de médiation axée sur un contenu construit préalablement alors qu'avec les témoins, l'intention du témoin opère directement sur le visiteur. Il sera montré que l'illusion d'une continuité possible entre témoin et témoignage enregistré en terme d'expérience offerte tient en la croyance en une transparence vis-à-vis d'un passage au niveau méta que l'absence du témoin rend obligatoire pour le visiteur.

1 à Lyon, Bondues et Fargniers

2 Ces films de valorisation font l'objet d'une étude d'usage dans le cadre du projet TEMICS – réponse d'un appel à projet du Ministère de la Culture et de la Communication sur les Pratiques Interculturelles dans les Institutions Patrimoniales

Bibliographie

Chaumier Serge, Traité d'expologie: Les écritures de l'exposition, La Documentation Française, 2012, 112 p.

Chaumier Serge, Mairesse François, La médiation culturelle, Paris, Armand Colin, 2013, 275 p.

Davallon Jean, Le don du patrimoine. Une approche communicationnelle de la patrimonialisation, Paris, Lavoisier, 2006, 222 p.

Douzou Laurent, Faire l'histoire de la Résistance, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2010, 341 p.

Fleury Béatrice et Walter Jacques, « Carrière testimoniale : un opérateur de la dynamique mémorielle et communicationnelle », ESSACHESS – Journal for Communication Studies, 22 décembre 2012, vol. 5, no 2(10), pp. 153‑163.

Gawin Geoffroy, « Les témoignages actuels d'anciens résistants dans les musées : de l'« aura » à la « sensibilisation » », Actes du colloque « Acteurs, auteurs, spectateurs ? » » Dijon, Harmattan, 2013. (à paraître)

Gawin Geoffroy, Master II : Témoigner de la Résistance au musée et transmettre. ,Université Lille Nord de France. Université Lille 3, Lille, 2012, 201 p.

Gellereau Michèle. « Comprendre, interpréter et valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d'objets des deux Guerres mondiales : synthèse des principaux résultats de l'étude TEMUSE 14-45 » [En ligne]. In : TEMUSE 14-45 . Valoriser la mémoire des témoins et des collectionneurs d'objets des deux Guerres mondiales : médiation, communication et interprétation muséales en Nord-Pas de Calais et Flandre occidentale. Actes du Symposium. France, juin 2013, p. 16. Disponible sur : URL < http://hal.univ-lille3.fr/hal-00836401 > [consulté le 25 juin 2013].

Gellereau Michèle, « Le récit de témoignage sur les usages comme reconstruction du sens des objets », Culture et Musées, 2012, no 18, pp. 75‑97.

Lamboux-Durand Alain, Bouchez Pascal. « Protocoles de remémorisation audiovisuelle de l'expérience de collectionneurs, donateurs et témoins : exemples sur quatre sites du projet TEMUSE 14-45 » [En ligne]. In : Symposium TEMUSE 14-45.

Montpetit Raymond, « Expositions, parcs, sites : des lieux d'expériences patrimoniales », Culture & Musées, 2005, no 5, pp. 111‑133.

Smolczewska-Tona Agnieszka,Lamboux-Durand Alain, Bouchez Pascal. « Pratiques de collectionneurs et de sauvegardes de leurs mémoires : objets de la première guerre mondiale en Nord Pas de Calais et Flandre occidentale ». ESSACHESS. Journal for Communication Studies. 2012, vol. 5, no 2(10), p. 165‑177

Vion Robert, La communication verbale. Analyse des interactions, Paris, Hachette supérieur, coll. « Hachette université. Communication », 1992, 302 p.

Wieviorka Annette, L'ère du témoin, Paris, Hachette littératures, 2002, 185 p.


Personnes connectées : 3