Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Akrab Hakim

Jeudi 5
Organisations
Discutantes Rosette Bonnet et Catherine Loneux
› 16:00 - 16:30 (30min)
› Salle 221
L'impératif de transparence et l'instauration de procédures organisationnelles : l'exemple des portails « open data » des Établissements Publics de Coopération Intercommunale
Hakim Akrab  1@  
1 : Groupe de Recherche sur les Enjeux de la Communication  (GRESEC)  -  Site web
Université Stendhal - Grenoble III : EA608
Université Stendhal Grenoble III Institut de la Communication et des Médias 11 avenue du 8 mai 1945 BP 337, 38434 ECHIROLLES Cedex -  France

Objet

 Au cours de notre recherche doctorale portant sur l'analyse des politiques de communication des Établissements Publics de Coopération Intercommunale nous notions que les acteurs sociaux contribuaient à exercer une pression sous la forme d'un impératif de « transparence informationnelle » au niveau intercommunal. Nous pointions que cet impératif s'inscrivait dans un projet de redéfinition des relations entre acteurs locaux et institutions territoriales. Selon notre analyse ce projet place au centre des enjeux socio-politiques la diffusion de l'information. Notre réflexion actuelle tente d'associer cette « injonction à la transparence » à l'évolution des modes de gestion des institutions territoriales. Toutefois, l'usage de cette expression demeure floue. Elle renferme des interrogations au niveau des pratiques de communication intercommunales : quels dispositifs d'échanges avec les individus peuvent concrétiser cet objectif ? Quels changements organisationnels instaure-t-elle dans la gestion intercommunale ? L'observation d'une structuration de l'activité communicationnelle autour de « portails intercommunaux » souligne que ces actions sont étroitement reliées à « l'imaginaire technique » de l'outil internet (Flichy, 2001, p.32). La mise en place de portails dévoile qu'ils « sont les dispositifs matériels et sociaux dans lesquels est en train de s'inscrire un nouvel agencement du service public » (Labelle, Le Corf, 2012, p.6) . Leur rôle dépasse donc « le simple transfert de données » (Jeanneret, 2007, p.97). De cette manière, du point de vue des responsables intercommunaux, les Tic seraient aussi un outil afin de « modifier le système nerveux des organisations » (Nora, Minc, 1978, p.11). Dans le cadre de notre réflexion nous poursuivons un double objectif : le premier consiste à mener une analyse de ces portails d'un point de vue technique en tant que dispositifs de diffusion de l'information publique. Le second a pour fin d'étudier dans cette logique d'ouverture informationnelle les modalités de gestion de l'information intercommunale et son processus de production.



Problématique

 

Ainsi, notre axe de réflexion repose sur l'articulation de la dimension communicationnelle et de la dimension organisationnelle dans la conduite des projets de création de portails « open data » au sein des EPCI. Notre questionnement peut se formuler ainsi : la création de portails « open data », sous l'impulsion d'un impératif de transparence, procède-t-elle à l'instauration de nouvelles procédures dans le « processus de production et de diffusion » (Boisnier, Pailliart, 2012, p.6) de l'information intercommunale ? L'information intercommunale se révèle être une ressource pour une diversité d'acteurs locaux. De ce fait, le recours aux portails témoignerait de la recherche de formes de rationalisation et procéduralisation dans la diffusion de l'information intercommunale. De surcroît, la gestion de ces portails nous interrogera sur l'éditorialisation des contenus à travers « un processus de traitement et d'écriture des données pour des publics différenciés » (Boisnier, Pailliart, 2012, p.3). L' identification des types d'informations et formats de diffusion pourront nous éclairer sur l'hypothèse d'une nouvelle logique de diffusion centrée sur l'objectivation et l'autonomisation des contenus. Par ailleurs, la valeur stratégique des informations produites inciterait les institutions à rechercher des modalités de contrôle notamment par le recours aux Tic. Par conséquent, nous emploierons les termes de « transparence stratégique » afin de définir l'intervention des responsables politiques dans la définition de ces projets « open data ». En outre, l'appropriation de nouveaux outils techniques permettra d'évoquer l'hypothèse d'une mutation du métier de communicant public reposant sur des compétences informatiques spécialisées et une « culture de l'outil internet ». Ces nouveaux profils seraient porteurs de changements au sein de l'activité communicationnelle et de ses relations avec les différents secteurs intercommunaux.



Méthodologie



Notre méthodologie de recherche s'appuiera tout d'abord sur la construction de grilles d'analyse détaillées de trois portails « open data » . Le premier est celui de la communauté d'agglomération Rennes Métropole : « Rennes métropole en libre accès ». Cette communauté fut la première à concevoir un site dédié à la diffusion d'informations publiques ouvertes. Elle participa activement à définir un modèle de diffusion par la maîtrise de différents dispositifs techniques. La deuxième communauté intégrée à notre étude est Lyon Métropole « Grand Lyon smart data » dont la spécificité est de proposer une plateforme des services payante aux acteurs locaux. La troisième communauté sélectionnée est celle de Montpellier Agglomération « Montpellier données publiques ouvertes » dont la caractéristique est d'être techniquement « participative ». Elle offre la possibilité de déposer des applications. De plus,la présence d'un espace réservé aux développeurs informatiques permet de proposer des services sur le site. Nous définirons des critères d'analyse discursifs et techniques précis afin de mener une comparaison fine entre ces trois projets. L'analyse discursive reposera essentiellement sur l'identification des types d'informations, les formats et l'organisation des contenus sur le site. L'analyse technique pourra éclairer sur l'apport des dispositifs techniques tels que l'indexation documentaire, le stockage des données, la visualisation ou encore les dispositifs de partage des données. Le second outil méthodologique auquel nous aurons recours est l'entretien semi-directif en direction des techniciens chargés de gérer les trois portails sélectionnés. Notre objectif sera d'étudier leurs pratiques professionnelles et leur intégration à l'activité communicationnelle.



Références théoriques



Notre réflexion nous permettra de mobiliser des travaux scientifiques articulés à la dimension organisationnelle, technique et communicationnelle. Tout d'abord d'un point de vue organisationnel les travaux en science politique (Patrick Le Galès, Jean-Claude Thoenig) sur la conduite du changement au sein de la gestion publique territoriale seront précieux afin de cerner les logiques de fonctionnement des institutions intercommunales. La dimension technique sera abordé à travers l'apport des travaux de Patrice Flichy autour d'Internet. Le « procés d'informationnalisation » développé par Bernard Miège permettra de mieux cerner les stratégies de diffusion d'information des institutions territoriales. L'apport des travaux d'Isabelle Pailliart, Jacques Noyer et Christian Le Bart sur la communication des institutions territoriales pourra inscrire notre étude dans une historicité et évolution longue de la communication territoriale. En lien étroit avec notre objet d'étude, la recherche sur les portails « open data» menée par Sarah Labelle et Jean-Baptiste Le Corf assurera un approfondissement de notre analyse à travers la notion d'autonomisation de l'information publique. En prenant appui sur cette notion, nous tenterons de démontrer qu'elle s'inscrit dans une nouvelle conception de l'action publique et de la citoyenneté. Nous soulignerons que le déterminisme technique influence les institutions territoriales à construire une relation avec les publics axée sur l'intériorisation de normes communicationnelles. 

 

Plan


I. Les projets d'ouvertures des informations publiques : de l'opacité à la transparence stratégique

1. Impératif de transparence et conduite des politiques publiques : critique du principe de "métonymie"

2. L'influence d'une nouvelle temporalité informationnelle sur l'activité politique 

3. L'enjeu d'attractivité territoriale déterminant dans la création des projets "open data"

 

II. Les portails « open data » vitrines d'un nouveau mode de gestion intercommunal

1. Idéologie technicienne et gouvernance informationnelle outils de l'autorité territoriale 

2. La déifnition de procédures de diffusion de l'information au service d'une logique collaborative inédite

3. L'évolution du métier de communicant public : expertise documentaire et éditorialisation 


III Analyse des portails : appropriation technique et expérimentation

1. De la vulgarisation à l'autonomisation de l'information publique

2. Esquisse de typologie des informations ouvertes

3 .Concurrence territoriale et appropriation de nouveaux dispositifs techniques

 

Bibliogaphie

Arnaud, Lionel, Le Bart, Christian, Pasquier, Romain. (2006). Idéologies et action publique territoriale: la politique change-t-elle encore les politiques? Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Boisnier, Sylvie , Pailliart, Isabelle (2012), "Information publique : stratégies de production, dispositifs de diffusion et usages sociaux", Les Enjeux de l'information et de la communication, 2012/1, 12p. 

Flichy, Patrice (2001), L'imaginaire d'Internet, La Découverte. 

Jeanneret, Yves. (2007). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l'information ? Lille : Presses du Septembrion. 

 Labelle, Sarah, Le Corf ,Jean-Baptiste (2012), « Modalités de diffusion et processus documentaires, conditions du« détachement » des informations publiques. Analyse des discours législatifs et des portails open data territoriaux », Les Enjeux de l'information et de la communication, 2012/1, 12p. 

Pailliart, Isabelle. (2012). « TIC et territoires ». Communication au séminaire avancé en communication, MSH Paris-Nord, 14 mars 2012.

 


Personnes connectées : 2