Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Mauvoisin Mélanie

Jeudi 5
Société
TIC, culture et mutations sociales - discutante : Claudine Batazzi
› 14:30 - 15:00 (30min)
› Amphi 100
La pratique de la photographie mobile : l'exemple de Grindr
Mélanie Mauvoisin  1, *@  
1 : médiation, information, communication, art  (MICA)  -  Site web
Université Michel de Montaigne - Bordeaux III : EA4426
MSHA, 10 esplande des antilles, 33607 pessac cedex -  France
* : Auteur correspondant

Membre rattachée à l'équipe du MICA et actuellement doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication à l'Université Michel de Montaigne de Bordeaux III, je souhaite vous faire part d'une proposition de communication dans le cadre du XIXème Congrès de la Société Française des Sciences de l'Information et de la Communication qui se tiendra les 4, 5 et 6 juin 2014 à l'Université de Toulon.

Mes réflexions s'inscrivent plus particulièrement dans l'axe « Société », un des cinq axes autour desquels est organisé ce XIXème Congrès de la SFSIC. Je souhaiterais apporter ma contribution à la question soulevée dans la présentation de cet axe sur l'impact des TIC sur nos existences au quotidien et sur les transformations que celles-ci ont entrainé au sein des communautés, qu'elles soient traditionnelles ou virtuelles.

A partir du phénomène de la photographie mobile, je souhaite montrer et mettre en exergue en quoi les diverses évolutions du numérique et de la téléphonie mobile ont pu générer de nouveaux moyens de rencontre. Mon intérêt n'est donc pas de travailler sur l'image en elle-même mais bel et bien sur les usages de la photographie mobile ayant pour effet de favoriser des modes d'interactions aujourd'hui.

A travers les pratiques de rencontre qui se multiplient et se différencient les unes des autres, je cherche à comprendre de quelles manières les liens sont générés dans des réseaux relationnels. L'enjeu de cette communication sera d'apporter un éclaircissement sur les multiples pratiques de la photographie mobile en se basant sur l'usage du smartphone intrinsèquement lié à celui d'internet et des réseaux sociaux.

Aussi, dans ce contexte où le monde des écrans et la réalité ne font qu'un, on peut se demander en quoi l'acte même de la rencontre est-il reconfiguré et ainsi, en quoi la notion de l'intimité et notre rapport à l'autre sont-ils modifiés ?

Pour répondre à ces questions, je m'appliquerai à définir plus particulièrement les caractéristiques d'une application mobile : Grindr.

Grindr : une sélection par l'image 

Certaines applications permettent aujourd'hui non plus seulement de renforcer les liens et les relations entre proches (Snapchat notamment) mais bel et bien de faire des rencontres.

C'est en effet ce que l'on peut voir à travers des applications telles que Grindr qui s'adresse plus particulièrement aux homosexuels. Cette application connait un très fort succès en France et compte environ six millions d'utilisateurs dans le monde entier. Elle permet à la fois de discuter et de partager des photos avec des hommes autour de soi mais également de choisir parmi les hommes géographiquement les plus proches celui ou ceux avec qui la personne souhaite engager une discussion. La géolocalisation est alors essentielle et permet de trouver des personnes partageant la même sexualité, dans une région donnée. Il faut alors se demander quelle est la place de la photographie mobile et de l'image dans cette démarche de la rencontre ? En quoi la conjonction entre le smartphone et internet est-elle devenue le lieu des rencontres et ainsi un « Espace public » ? Comment la photographie de « profil » est-elle devenue l'élément déclencheur de l'acte de la rencontre ?

Est-ce que cette caractéristique du « speed dating » via l'image modifie en elles-mêmes les interactions ? En quoi cela modifie le rapport à l'espace-temps ? Qu'est-ce qui se joue de cette relation possible ou non en un clic ? Est-ce que cela permet de renforcer une communauté ou bien encore de créer une communauté au sein même d'une communauté ?

Notons que ce type d'application est aujourd'hui également accessible aux hétérosexuels comme par exemple Tinder ou Lovoo ou encore Lesbian personals pour les homosexuelles.

Je formulerai plusieurs hypothèses de réponse notamment en ce qui concerne l'acte même de la rencontre. Du simple regard, au frôlement ou bien encore à l'odeur de son parfum, il ne s'agit plus d'effleurer le corps de l'autre mais bel et bien de saisir la mise en représentation d'une personne en image. La sélection se fait rapidement via une simple photo soigneusement cherchée et capturée. Une photographie mobile d'un portrait de soi qui met en image ce que nous voulons paraître mais dans une perspective de mise en vitrine de soi. Autant de selfies que de corps à moitié dénudés qui montrent une intimité déjà dévoilée. On est bien là au-delà des limites de la rencontre originale dans les transports en communs ou dans la rue.

Cette intimité dévoilée n'est cependant pas inédite. Elle s'inscrit ici, dans le cadre de l'application Grindr, dans une logique de fonctionnement propre à une communauté, celle des homosexuels, partageant à la fois des codes et des représentations sur la base desquelles circulent ces images. Au contraire, il semble alors que cette application permette simplement d'accélérer la rencontre.

Aussi, ces applications mobiles, qui favorisent la mise en contact de ces usagers, permettraient, à partir de codes partagés, de créer des communautés d'initiés au sein même d'une communauté déjà définie.

Dans le cadre de cette recherche, je m'appuierai sur les travaux de Laurence Allard et sur son article sur la photographie à l'ère du numérique qui sera publié en février aux éditions Armand Colin dans l'ouvrage collectif, Téléphonie Mobile et Création, sous la direction de Roger Odin, Laurent Creton et Laurence Allard.

Je m'intéresserai également aux nombreux travaux de Francis Jauréguiberry sur les usages de la téléphonie mobile et sur les pratiques des jeunes. A travers cette communication je tenterai alors de montrer les multiples raisons qui font du téléphone mobile une sorte de « prolongement du corps ».

Dans le même temps, je reviendrai sur le travail de Christian Licoppe autour des modes de communication, et notamment sur les liens faibles et les liens forts, pour comprendre comment les relations sociales se sont adaptées aux évolutions technologiques.

Enfin, je montrerai en quoi je partage l'idée de Michel Foucault selon laquelle il existerait une « technique de soi » notamment à travers nos nombreux usages de la photographie mobile.

Mon regard est orienté vers une réflexion sur la forme et la mise en scène du quotidien à travers l'usage de la photographie mobile. Ce regard s'inscrit dans le domaine de la communication et a pour ambition de rendre compte de l'enjeu des technologies du numérique en termes de culture communicationnelle contemporaine.

Mon travail, qui vise avant tout à comprendre ce qu'est la photographie mobile et ce qu'elle génère comme mode de communication et de rencontre, s'inscrit dans une dynamique inductive, dans une démarche anthropologique de la communication, et s'appuie en grande partie sur des entretiens semi-directifs combinés à une recherche documentaire. Dans le cadre de cette communication, j'apporterai les premiers résultats de mon enquête notamment ceux qui touchent à la question des modes de rencontre à l'heure de applications mobiles telles que Grindr.

L'utilisation de cette méthode combinatoire me permet de mettre ainsi en avant les différents usages de la photographie mobile et notamment le caractère que revêt cette pratique à travers des phénomènes contemporains. A partir de la recherche documentaire, je mettrai en exergue les points de vue d'auteurs spécialisés sur ces sujets de la technologie et de la photographie numérique et ce dans une visée d'anthropologique de la communication.

Plan :

I / La photographie mobile : un mode d'expression à part entière

a) Quelques chiffres

b) Quelles photographies ?

II/ De l'image « jeu », le selfie, au « je » du corps

a) Le « portrait mobile » : du selfie à l'image de profil sur internet

b) De la rencontre à l'e-rencontre sous contrôle

III/ Une question d'usage : l'exemple de Grindr

a) La Géolocalisation : atouts et sélection des « beaux mecs»

b) Une intimité de la rencontre reconfigurée

 

Bibliographie :

Ouvrages :

ALLARD Laurence, ODIN Roger et CRETON Laurent (dir), Téléphonie Mobile et Création, Paris, éd. Armand Colin, février 2014

AUBERT Nicole et HAROCHE Claudine (dir), Les tyrannies de la visibilité : être visible pour exister? Toulouse, Erès, 2011.

FOUCAULT Michel, L'herméneutique du sujet, cours du Collège de France de 1981-1982, Paris, Seuil-Gallimard, coll. « Hautes Etudes », 2001.

KAUFMANN Jean-Claude, Sex@mour, Paris, Armand Colin, 2010

SIMMEL Georg, Les grandes villes et la vie de l'esprit, Paris, L'Herne, 2007.

TISSERON Serge, Virtuel, mon amour. Penser, aimer, souffrir, à l'ère des nouvelles technologies. Paris, Albin Michel, 2008

TURKLE Sherry, Alone Together: Why We Expect More from Technology and Less from Each Other, New York, Basic Books, 2013.

 

Articles:

DE BAILLIENCOURT Thomas et al. « La communication interpersonnelle face à la multiplication des technologies de contact », Réseaux 6/2007 (n° 145-146), p. 81-115. 

GRANJON, Fabien, « De quelques pathologies sociales de l'individualité numérique : exposition de soi et auto-réification sur les sites de réseaux sociaux », Réseaux, vol. 29, n 167, 2011, pp. 75-103.

GRANJON Fabien, « Amitiés 2.0. Le lien social sur les sites de réseaux sociaux », Hermès, n 59, 2011, pp. 97-102.

LICOPPE Christian, “Les formes de la présence,” Revue française des sciences de l'information et de la communication, no. 1, Sep. 2012.

RIVIERE Carole, “Téléphone mobile et photographie : les nouvelles formes de sociabilités visuelles au quotidien,” Sociétés, vol. no. 91, no. 1, pp. 119–134, May 2006.

TREMEL Laurent, “Serge Tisseron, Virtuel, mon amour. Penser, aimer, souffrir, à l'ère des nouvelles technologies,” Questions de communication, no. 14, pp. 423–427, Dec. 2008.

 

Mélanie Mauvoisin

Doctorante en Sciences de l'Information et de la Communication

Université Michel de Montaigne - Bordeaux 3, Pessac

Laboratoire MICA (EA4426

 

 

 

 


Personnes connectées : 1