Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Develotte Christine

Mercredi 4
Education et apprentissage
Enjeux culturels de la formation par et au numérique - discutant : Laurent Collet
› 15:00 - 15:30 (30min)
› Salle 223
L'apport des SIC dans les recherches sur l'enseignement-apprentissage des langues par écran
Christine Develotte  1@  
1 : ENS de Lyon-Ifé  (ICAR UMR 5191)  -  Site web
CNRS : UMR5191
École normale supérieure de Lyon Institut français de l'Éducation 15 parvis René-Descartes BP7000, 69342 Lyon cedex 07 -  France

Les pratiques numériques dans l'enseignement et l'apprentissage des langues constituent un objet de recherche multidimensionnel qui tire légitimement profit à s'alimenter de travaux issus de différents domaines des Sciences Humaines et Sociales (SHS). Dés lors en effet que l'on cherche à prendre un peu de hauteur par rapport à une situation éducationnelle précise pour l'inscrire dans un environnement, technique, économique ou institutionnel plus large, le cadre des sciences du langage et des sciences de l'éducation habituellement convoquées peut gagner à s'ouvrir aux SHS. Les Sciences de l'information et de la Communication (SIC), en particulier, s'avèrent d'un intérêt heuristique certain en ce qu'elles permettent d'interroger sous un angle différent les objets de recherche associés aux Technologies de l'Information et de la Communication Educatives (TICE) et entrent en complémentarité avec les autres disciplines dans la réflexion épistémologique des chercheurs.

 

Ce sera l'objectif de cette communication que d'illustrer l'apport des recherches en SIC dans le champ de l'enseignement/apprentissage des langues principalement à travers les travaux conduits dans ce champ autour des écrans et des relations usagers/écrans.

Nous partirons d'une mise en perspective historique récente pour montrer ce en quoi les recherches sur les techniques, sur les relations aux outils et sur les savoir-faire pratiques issus des SIC (Perriault, 1989, Jacquinot, 1996) ont inspiré dés l'apparition de ce que l'on appelait alors le multimédia, les travaux des chercheurs intéressés par les langues.

Depuis 20 ans, le paysage technologique de la communication s'est diversifié tout autant à travers l'emploi en ligne de modalités différentes (texte, audio, vidéo, voire multimodalité) qu'à travers des formats d'écran variés également. Des formes d'enseignement prenant en compte les affordances (Gibson, 1986) de maniabilité des écrans se sont développées (à travers par exemple, le mobile learning). Il apparaît donc crucial de centrer les recherches concernant la communication en ligne multimodale sur les spécificités des écrans à travers lesquels elle s'exprime.

Nous chercherons à montrer comment le travail conceptuel actuellement mené dans le domaine de l'enseignement-apprentissage des langues en « face à face distanciel » (Develotte et alii, 2011) se trouve dynamisé par les récents travaux en SIC, incitant à passer de la « communication médiée par ordinateur » à « la communication par écran » (Poyet, Develotte, 2011).

 

Dans le domaine de l'enseignement/apprentissage des langues il en va comme dans les autres champs de l'éducation « Les TICE ne forment pas un tout homogène et cohérent et les jugements prononcés sur elles ne sont pertinents que rapportés à l'usage d'un outil ou d'un média en particulier dans une situation précise. » (Moeglin, 2011 : 227). Nous rapporterons donc nos réflexions aux recherches menées autour d'un dispositif d'enseignement et apprentissage des langues par visioconférence poste à poste (Skype) entre les étudiants de master 2 de l'université de Lyon, et les étudiants de français de l'UC Berkeley que nous présenterons brièvement et à partir duquel nous illustrerons notre propos.

 

Notre présentation consistera à expliciter les apports terminologiques et conceptuels des chercheurs en SIC et le profit tiré de leur transposition dans le domaine de l'enseignement-apprentissage des langues par écran.

La réflexion sur les écrans convoquera des auteurs tels que Ghislaine Chabert qui a travaillé sur l'espace de l'écran « Lieu frontière, d'entre deux mondes, l'espace articule des espaces hétérogènes, des espaces dans l'écran et aussi des espaces hors écrans » (2012 : 210). Reprenant les trois environnements qu'elle associe à l'écran, nous montrerons comment ces trois espaces, en particulier « l'espace imaginé » trouve une illustration dans les interactions par écran entre nos étudiants.

Nous chercherons également à poursuivre l'étude de l'engagement corporel tel qu'il avait pu être décrit se référant à l'activité de lecture à l'écran (Jeanneret Y, Souchier E, Le Marec J., (dir), 2003). L'engagement corporel se trouve complexifié dans la communication multimodale par écran mettant les étudiants en situation de « présence à distance » (Weissberg, 1999). Le comportement face à l'écran se trouve conditionné par la taille de l'écran utilisé et le passage d'une taille d'écran à une autre renvoie aux travaux sur l'intermédialité (Lancien, 2012, Catoir M. J, & Lancien T., 2012). Dans de telles situations, l'image que l'usager cherche à donner de soi et les travaux sur l'identité numérique développés par Fanny Georges (2009, 2011) viennent informer les recherches actuellement effectuées sur les comportements des étudiants de langue.

 

A travers les illustrations de la transposition de ces notions dans l'enseignement et l'apprentissage des langues, nous chercherons à apporter des éléments de réponse à la question posée dans l'argumentaire du colloque : « S'agit-il de former par le numérique ou de former au numérique, voire à la "culture numérique" ?

 

Nous terminerons en plaidant pour des formations de futurs enseignants prenant appui sur l'apport pluri-disciplinaire des recherches, en particulier dans leurs potentialités de réflexion critique par rapport à la communication par écran.

 

 

Bibliographie

 

 

Catoir M. J, & Lancien T., 2012, « Multiplication des écrans et relations aux médias : de l'écran d'ordinateur à celui du Smartphone” In Lancien Th., (dir), Ecrans et médias, Revue MEI n° 34, Paris, L'Harmattan, p. 53-65.

Chabert, G., 2012, « Les espaces de l'écran », Médiation et Information MEI, n°34
sous la direction de Lancien T., p 201-215.

Develotte, C., Kern, R., Lamy, M.-N., 2011, Décrire la conversation en ligne, le face à face distanciel, ENS Editions.

Georges F., 2009, « Représentation de soi et identité numérique » Une approche sémiotique et quantitative de l'emprise culturelle du web 2.0 », Réseaux, 2009/2 n° 154, p. 165-193.

Georges,F., 2011, "L'identité numérique sous emprise culturelle. De l'expression de soi à sa standardisation. Les cahiers du numérique, 7 (1): 31-48.

Gibson, J.-J. 1986, The Ecological Approach to Visual Perception, London, Lawrence Erlbaum.

Jacquinot J. 1996. «Les NTIC. Écrans du savoir ou écrans au savoir?». In Outils multimedia et stratégies d'apprentissage du Français Langue étrangère,

Jeanneret Y, Souchier E, Le Marec J., (dir), 2003, Lire, écrire, récrire, Paris, BPI coll Etudes et recherche.

Lancien, T. 2012, Préambule In Lancien T., (dir), Ecrans et médias, Revue MEI n° 34, Paris, L'Harmattan.

Moeglin P., 2011, « Les tic(e) dans l'enseignement supérieur : questionner la question » in Barbot M.J. & Massou, L. TIC et métiers de l'enseignement supérieur Emergences, transformations, université de Nancy 2, p 227-242.

Perriault, J., 1989, La communication du savoir à distance, Paris, L'Harmattan

Perriault J., rééd.2008, La logique de l'usage. Essai sur les machines à communiquer, Paris, L'Harmattan,

Poyet, F., Develotte, C., 2011, L'éducation à l'heure du numérique. État des lieux, enjeux et perspectives, Lyon, ENS de Lyon-INRP.

Weissberg, 1999, Présences à distance, Paris, L'Harmattan Communication.



  • Présentation
Personnes connectées : 2