Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Rigaudière Angélica

Mercredi 4
Arts et création
Discutants : Pascal Robert et Philippe Dumas
› 13:30 - 14:00 (30min)
› Amphi 300
Discours sur la musique, dispositifs numériques et positions épistémologiques de quelques revues étudiantes
Angélica Rigaudière  1@  
1 : Centre d'étude et de recherche sur les emplois et la professionnalisation  (CEREP)  -  Site web
Université de Reims Champagne-Ardenne
CEREP Université de Reims Champagne-Ardenne ESPE 23, Rue Clément Ader 51100 Reims -  France

« [...] quelles (r)évolutions dans les médiations, quelles reconfigurations dans la culture et les pratiques culturelles le numérique installe-t-il ? ». Je tenterai de répondre à cette question posée dans l'appel à communication de ce 19e Congrès de la SFSIC en examinant les manières par lesquelles les dispositifs numériques redessinent le savoir sur la musique. Dans cette perspective, je considère un objet qui, par son statut et sa fonction, est susceptible de laisser place à l'expérimentation et à l'exploration de voies originales : la revue étudiante. Quelles formes l'édition numérique donne-t-elle au savoir sur la musique ? L'imaginaire développé à propos du numérique par les étudiants contribue-t-il à l'exclusion ou à la valorisation de certains discours sur la musique ? Quelles sont les positions épistémologiques objectivées par ces publications numériques ?

Cette étude repose sur un corpus constitué de quatorze revues étudiantes de recherche sur la musique qui se caractérisent par leur diversité. Le caractère hétérogène de cet ensemble offre l'avantage d'une approche contrastée. La variété de ces périodiques tient autant à leur évolution, qu'à leur lectorat, au support de publication, à l'accès, au contenu, à la spécialisation, à la périodicité, à leur position par rapport aux normes de la communication scientifique, à l'implication des instances de l'université, au niveau des étudiants et à leur part dans la réalisation de la revue. Je prendrai ici principalement en compte la variable qu'est leur support de publication : la majorité de ces revues étudiantes facilitent l'accès à leur contenu par la gratuité et par leur mise en ligne sur Internet ; en cela, elles se distinguent de bon nombre de revues professionnelles de recherche sur la musique. Pour la plupart, les revues du corpus disposent d'un comité de lecture et sont éditées par des étudiants de niveau graduate ou postgraduate ; elles ouvrent leurs pages aux publications de jeunes chercheurs, mais aussi à celles d'enseignants et de chercheurs confirmés. Ces quatorze revues s'adossent aux départements universitaires de musique et aux associations étudiantes ; certaines d'entre elles trouvent appui auprès des sociétés savantes spécialisées.

La revue étudiante de recherche sur la musique est un objet complexe aux fonctions plurielles : outil de formation, support de première publication, instrument d'intégration à la communauté des chercheurs et de prise de position épistémologique, objet de communication entre jeunes chercheurs. L'étudiant y articule son statut de chercheur débutant à sa capacité d'innovation épistémologique et formelle ; par là, tout étudiant qu'il se reconnaît, il se déclare producteur de savoir, membre de la communauté scientifique, participant au renouvellement du discours sur la musique. Outil de formation à l'écrit et par l'écrit, ce support de communication ménage une transition entre l'écrit universitaire et l'écrit professionnel. Occupant une place centrale dans la définition que les étudiants donnent de ces périodiques, l'écriture y est notamment appréhendée comme instrument au service du développement de la créativité et de la pensée de l'étudiant.

Si la revue étudiante de recherche sur la musique est un objet peu envisagé pour lui-même, la présente étude se nourrit des travaux sur la littératie universitaire ( Rinck et al., 2012), sur la communication scientifique sur le web (Broudoux, Chartron, 2008 ; Lefebvre, 2010), sur la presse musicale (Pistone, 2009), sur les publications étudiantes (Corroy, 2004), sur l'écriture numérique (Bouchardon, 2010 ; Souchier, 2012). Cette recherche trouve un appui précieux dans les publications de Serge Bouchardon à propos de la valeur heuristique de la littérature numérique, ainsi que dans les propositions théoriques formulées par Yves Jeanneret sur la circulation et la transformation des savoirs dans les médias informatisés.

La méthode d'investigation consiste à soumettre les revues étudiantes du corpus à une double lecture. Une analyse de contenu vise à extraire les thématiques et les approches scientifiques représentées ainsi qu'à caractériser la dimension éditoriale de ces supports. Une lecture des textes éditoriaux dégage les apports que les étudiants attendent des technologies numériques et ceux qu'ils génèrent, ainsi que les valeurs qu'ils défendent.

La contribution proposée ici sera structurée de la manière suivante. Seront d'abord exposés le questionnement qui motive cette étude et le corpus de revues étudiantes sur la musique. Je concentrerai particulièrement mon attention sur la manière dont celles-ci exploitent, ou non, les potentialités de l'édition numérique. Les modalités de publication des revues se déclinent selon un éventail large qui va de la publication papier, en passant par la mise en ligne d'un fichier prêt à imprimer, à une édition numérique multimédia.

Tous les titres du corpus prônent l'ouverture, l'interdisciplinarité, le pluralisme, l'éclectisme, l'amplitude du spectre méthodologique ; les champs sémantiques de la diversité et de la nouveauté sont très présents dans les textes éditoriaux des revues du corpus. La deuxième partie de la communication sera consacrée à l'exposé des thèmes représentés dans ces revues étudiantes. Il s'agit de déterminer s'il existe une quelconque corrélation entre la forme éditoriale du périodique et son contenu thématique. Certains périodiques ouvrent leurs pages à des aspects peu explorés dans d'autres revues académiques sur la musique ; cette tendance à l'innovation épistémologique se double alors souvent d'une réflexion sur l'usage du numérique.

La capacité d'insuffler la nouveauté fait partie de l'image de lui-même que l'étudiant met en scène dans la revue : l'innovation est considérée comme un attribut de la jeunesse ; elle est aussi une valeur « maîtresse » des communautés scientifiques et artistiques, à la croisée desquelles se situent les revues de recherche sur la musique. Dans le dernier temps de l'exposé, je m'intéresserai donc à la conjugaison de l'innovation éditoriale et de l'innovation épistémologique en m'appuyant sur quelques exemples significatifs, empruntés en particulier aux revues ECHO et Ethnomusicology Review : l'innovation technologique pourrait-elle donner forme à, ou informer, l'innovation épistémologique ? Dans ces périodiques, la question de l'écriture académique sur la musique s'articule à une réflexion menée par les étudiants sur l'exploitation du multimédia. Ainsi, pour la revue ECHO, l'« usage créatif de l'hypertexte et du multimédia » que ses éditeurs tentent de développer offre non seulement la possibilité de formuler « des perspectives innovantes sur la musique et sur la culture », mais aussi celle de rassembler un lectorat plus large : par exemple, le son et la vidéo intégrés dans les textes donnent un accès direct à la musique, par l'écoute, ne rendant donc plus indispensables la maîtrise des compétences de lecture musicale. Les technologies numériques sont mises au service de valeurs qui circulent dans la communauté scientifique et que certaines revues de recherche sur la musique expriment de longue date : ouvrir leurs pages à un lectorat plus étendu, faire découvrir des champs inexplorés, « aérer des idées théoriques », questionner les vérités établies, renouveler le discours académique sur la musique.

 

Sélection bibliographique

Bouchardon, Serge. The heuristic value of electronic literature. In Colloque Futures of Digital Studies, University of Florida, Gainesville, 26 février 2010. Disponible sur : http://www.les12travaux.com/download/docs/2010-02-bouchardon-heuristic-value.pdf

Broudoux, Evelyne, Chartron, Ghislaine. Edition en ligne comparée : repositionnement d'acteurs, pratiques émergentes. In Enjeux et usages des TIC. Dynamiques de développement : au carrefour des mondes. Colloque international EUTIC, 22-25 octobre 2008, Lisbonne, p. 353-369. Disponible sur : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/33/78/36/PDF/Broudoux_Chartron-EUTIC.pdf

Corroy, Laurence. La presse des lycéens et des étudiants au XIXe siècle. Paris : Institut national de recherche pédagogique, 2004, 280 p. (Éducation, histoire, mémoire)

Jeanneret, Yves. Penser la trivialité : volume 1 : la vie triviale des êtres culturels. Paris : Lavoisier, 2008, 267 p. (Collection Communication, médiation et construits sociaux).

Lefebvre, Muriel. Rendre public le processus d'évaluation de la recherche : émergence de nouvelles pratiques d'écriture et de lecture de la science. L'exemple d'une revue scientifique du Web 2.0. Réseaux, 2010, no 164, p.71-96. Disponible sur :

Pistone, Danièle. Le discours sur la musique dans la France contemporaine. Musicologies, 2009, no 6, p. 83-95.

Rinck F., Quintiliano Guimarães Silva J. et Assis J. Alves (eds). Dossier : Pratiques de lecture et d'écriture dans la formation universitaire et/ou dans la vie professionnelle, Revista Scripta, 2012, vol. 16, no 30, 323 p.

Souchier, Emmanuël. La "lettrure" à l'écran : lire & écrire au regard des médias informatisés. Communication & langages, 2012, no 174, p. 85-108.

 

 

 


Personnes connectées : 1