Penser les techniques et les technologies : Apports des Sciences de l'Information et de la Communication et perspectives de recherches
4-6 juin 2014 Toulon (France)

Actes - Consultation par auteur > Bonescu Mihaela

Jeudi 5
Société
TIC, culture et mutations sociales - discutante : Claudine Batazzi
› 17:00 - 17:30 (30min)
› Amphi 100
Revisiter les discours culinaires : l'ethos de Marmiton, du savoir au partage
Valériane Tavilla  1, 2, *@  , Mihaela Bonescu  4, 3@  
1 : CIMEOS  (CIMEOS)  -  Site web
Université de Bourgogne
36 rue Chabot-Charny, 21000 Dijon -  France
2 : Laboratoire d'Expérimentation en Sciences Sociales et Analyse des Comportements  (LESSAC)  -  Site web
Groupe ESC Dijon Bourgogne
29 rue Sambin, Dijon -  France
4 : Laboratoire d'Expérimentation en Sciences Sociales et Analyse des Comportements  (LESSAC)  -  Site web
Groupe ESC Dijon Bourgogne
Groupe ESC Dijon Bourgogne, 29 rue Sambin, 21000 Dijon -  France
3 : CIMEOS  (CIMEOS)  -  Site web
Université de Bourgogne : EA4177
36 rue Chabot-Charny, 21000 Dijon -  France
* : Auteur correspondant

L'hyper-connectivité et l'identité numérique (Cardon, Heaton, Quéré) impliquent une prolifération et une mutation des formes de discours qui transforment durablement les pratiques et les interactions (Goffman). La cuisine n'échappe pas au phénomène d'immédiateté et à l'impératif d'interactivité (Pignier). Une dimension communautaire et collaborative des échanges prend forme et sens, à travers le partage de recettes, de conseils, de critiques, d'expériences. Au-delà d'une simple vision hédoniste du partage de la table (Boutaud), c'est une dimension rituelle et identitaire dans la valorisation des acteurs (Lardellier) qui s'affirme.

L'acte culinaire se réinvente dans l'assiette et au cœur de dispositifs laissant librement la parole à tout un chacun, pour transmettre des savoirs autrefois consignés dans les livres de cuisine, et dans les antres familiaux. "Partager sa cuisine" prend ainsi une dimension collective dans le déploiement de supports polymorphes : concours télévisuels, blogs et webTv, mais aussi sites internet communautaires, magazines, et leur déclinaison sur smartphone et tablette. Le "faire soi-même" en cuisine est de plus en plus instrumentalisé et codifié comme un loisir, ou comme une performance. Loin du classique livre de cuisine, aux accents pédagogiques, les NTIC inscrivent les récits culinaires dans une dynamique créative de collaboration et de réseau.

Cet article propose une lecture socio-sémiotique (Landowski, Semprini) des formes émergentes des discours culinaires, dans leurs dimensions sensibles et symboliques, mobilisées et portées par des communautés discursives (Maingueneau, Charaudeau, 2002). Peut-on affirmer que la production, en "amateur" (Flichy, 2010 ; Assouly, 2010), de savoirs culinaires s'accompagne nécessairement d'une dilution du sens et de l'engagement ? Si oui, avec quels effets? Si non, comment cette production va-t-elle performer des formes plus complexes de signification et de lien social ? Notre hypothèse liminaire est que les communautés virtuelles de consommateurs transforment et réécrivent l'imaginaire culinaire (Souchier, Jeanneret, Le Marec, 2003).

Nous allons reprendre, dans un premier temps, l'évolution contextuelle du livre de cuisine (et, implicitement, du discours culinaire) vers les formes actuelles des dispositifs, conjuguant pédagogie et loisirs. Leur configuration actuelle sera analysée sous l'angle de la multimodalité et de l'interactivité (Pignier). L'enjeu est de rendre compte de l'instrumentalisation des outils et de la manipulation des codes, à travers l'étude de Marmiton, un dispositif médiatique protéiforme et en mouvement (Semprini), devenu une référence dans l'univers culinaire français.

Le processus de transmission de la recette s'incarne à l'intérieur d'un espace public symbolique (Pailliart et al., 2002 ; Coman, 2002) dont les frontières publiques et privées, domestiques et sociales, s'estompent. Faire la cuisine devient "dire sa cuisine", et la question de la trace (Merzeau, 2009 ; Galinon-Melenec et al., 2011) intervient dans le processus de réécriture de l'expérience culinaire sur un support numérique. Le geste de partage fait basculer le registre matériel (sensoriel) dans le registre textuel (symbolique), dont l'énonciateur est d'abord l'interprète de la recette dans sa cuisine (sensible), avant de devenir son auteur pour Marmiton et sa communauté de marque. Le processus de traçage de la recette permet une valorisation rituelle des différents supports, puisque le registre sensoriel du plat est consigné sur une surface d'inscription, engageant ainsi toutes les compétences énonciatives des acteurs.

 

Bibliographie :

ASSOULY, O. (dir.), L'amateur, juger, participer, consommer. Paris, Institut Français de la Mode-Regard, 2010.

BONESCU, M., BOUTAUD, J.-J. (2012) "L'ethos de la convivialité, de la table à la tablette", Interfaces Numériques, vol. 1, n° 3, p. 453-470.

BOUTAUD, J.-J., Le sens gourmand. De la commensalité – du goût – des aliments. Paris, Jean-Paul Rocher, 2005.

COMAN, M., Une approche symbolique de l'espace public.- en ligne], Montréal : GRICIS, 24-27 avril 2002, http://www.er.uqam.ca/nobel/gricis/actes/bogues/Coman.pdf

http://mediterranee.revues.org/101#quotation

CORBEAU, J.-P., POULAIN, J.-P., Penser l'alimentation. Entre imaginaire et rationalité. Paris, Privat, 2002.

CURIEN, N., FAUCHART, E., LAFFOND, J., LAINE, J., LESOURNE, J., MOREAU, F., « Forums de consommation sur internet : un modèle évolutionniste », Revue économique [en ligne], 2002, vol. 52, p. 119-135.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/reco_0035-2764_2001_hos_52_1_410280

FLANDRIN, J.-L., MONTANARI, M., Histoire de l'alimentation, Paris, Fayard, 1996.

FLICHY, P., Le sacre de l'amateur, sociologie des passions ordinaires à l'ère du numérique. Paris, Seuil, 2010.

GALINON-MELENEC, B. (dir.), L'homme trace. Perspectives anthropologiques et traces contemporaines. Paris, CNRS, 2011.

GEORGE, E., « Dynamiques d'échanges publics sur internet », Internet, nouvel espace citoyen ? Paris, L'Harmattan, 2002, p. 49-80.

GOFFMAN, E., Les rites d'interaction, Paris, Minuit, 1974.

HEATON, L., « Formes et enjeux de la collaboration numérique », tic&société [En ligne], Vol. 6, N° 2 | 1er semestre 2013, mis en ligne le 04 juin 2013, Consulté le 18 janvier 2014. URL : http://ticetsociete.revues.org/1280 ; DOI : 10.4000/ticetsociete.1280.

JEANNERET, Y., PATRIN-LECLERE, V., « La métaphore du contrat. » Hermès, Les sciences de l'information et de la communication. Savoirs et pouvoirs, CNRS Editions, 2004, n°38, p. 133-140.

JAUREGUIBERRY, F., PROULX, S., Usages et enjeux des technologies de communication, Toulouse, Erès, 2011.

LANDOWSKI, E., « Avoir prise, donner prise. » Publication électronique, Nouveaux Actes Sémiotiques, 2009. [en ligne] http://revues.unilim.fr/nas/document.php?id=2812

LARDELLIER, P., Opéra bouffe. Une anthropologie gourmande de nos modes alimentaires. Cormelles-le-Royal, EMS, 2004.

MERZEAU, L., « Du signe à la trace : l'information sur mesure. » Revue Hermès, n°=53, 2009, p. 23-29.

PIGNIER, N., De l'expérience multimédia : Usages et pratiques culturelles, Paris, Hermès Science Publications, 2009.

PROULX, S. et LATZKO-TOTH, G., « La virtualité comme catégorie pour penser le social : l'usage de la notion de communauté virtuelle ». Sociologies et société. Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2000, vol 32, n°=2, p. 99-222.

SEMPRINI, A., La société de flux. Formes du sens et identité dans les sociétés contemporaines. Paris, L'Harmattan, 2003.

SOUCHIER, E., JEANNERET, Y., LE MAREC, J. (dir.), Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés. Paris, Éditions de la Bpi, 2003.

Sites internet :

http://www.marmiton.org/

http://www.youtube.com/user/MarmitonOfficiel

https://itunes.apple.com/fr/app/marmiton-la-bible-des-recettes/id318796083?mt=8

 


Personnes connectées : 2